Aller au contenu

Eva.

3 min
Eva et son vélo Cannondale. Paris, France. 2023. © Nicola Fioravanti

Je m'appelle Eva, je suis italienne et j'habite à Paris depuis 7 ans.

Je viens de la région du Veneto , dans le nord-est de l'Italie, pas loin de la merveilleuse ville de Venise. Après mes études et des expériences professionnelles entre l'Italie, l'Amérique Centrale, les Etats-Unis et l'Angleterre, le destin m'a amené à Paris où je travaille pour l'Agence Italienne pour le commerce extérieur.

J'ai eu la chance de naître et de grandir en plein nature et dans une ville dans laquelle si tu n'as pas de permis de conduire, le seul moyen pour te déplacer est en scooter ou à vélo. Je me souviens encore des matinées d'hiver avec le brouillard lorsque j'arpentais le chemin pour aller à l'école, tout en me tenant en équilibre pour ne pas glisser sur une route complètement glacée.

A Paris, j'ai eu de moins en moins envie de prendre les transports en commun après le confinement et même si au début j'ai eu un peu peur à cause du trafic, je me suis décidée à prendre un abonnement Vélib. Pendant des mois j'ai été la seule personne parmi mes collègues à être toujours en bonne santé et, honnêtement, j'estime que cela a été possible grâce à mon activité physique au quotidien. J'ai appris aussi à mieux connaitre Paris , à trouver des endroits "coup de cœur" et à trouver la meilleure route pour arriver à mes destinations, parfois des routes plus longues mais "panoramiques". Le matin, pour me rendre à mon lieu de travail dans le 16e, je longe la Seine en saluant la Conciergerie, le Louvre, le Musée d'Orsay, Les Jardins des Tuileries jusqu'à remonter la place de la Concorde. J'ai l'impression de traverser "un livre d'histoire" à vélo.


Le premier déclic d'avoir un vrai vélo à moi remonte à un dimanche en fin d'été 2022 : avec un beau soleil dehors, j'ai eu envie d'aller au Parc de Sceaux , mais à vélo! Ainsi à l'automne un couple d'amis cyclistes de passage à Paris m'ont proposé d'essayer un vélo gravel un weekend... Le lundi je suis rentrée à la maison avec mon Cannondale gravel "Violette à paillettes" . Si pour l'instant le gravel demeure mon vélo par excellence, pendant mes dernières vacances à Mallorca-le paradis des cyclistes- j'ai eu l'occasion de grimper le Cap de Formentor et de prendre du plaisir sur un vélo de route LIV de GIANT.

Lorsque mon agenda commence à se remplir, le vélo m'aide à épurer mon mental. Mon corps a besoin de se reconnecter , l'esprit de se rééquilibrer et de retrouver sa place. En ces moments là , je retrouve un meilleur sens de l'organisation et une meilleure gestion de mon temps. Faire du gravel me permet de retrouver le lien avec la douceur de la vie et de la nature. Ce n'est pas une quête de vitesse ou de la compétition, je recherche le plaisir de la vie, de profiter de l'instant présent et d'être avec des amis qui partage ce même état d'esprit . Le gravel est devenu mon ikegai. L'autonomie, la liberté , l'apaisement, la force, l'esprit de découverte , le sentiment de vouloir vivre toujours à fond ses émotions.

Le vélo a eu le pouvoir de briser certains de mes murs, d'aller vers l'autre et d'apprendre à se faire confiance. Il est devenu synonyme de joie, d'amitié , du partage. Parmi mes plus belles expériences, j'ai le souvenir du Gravelman Occitanie en 2023. C'était la première fois que je sortais de ma confort zone et l'ambiance, le paysage , l'esprit d'équipe, tout était tellement merveilleux , je dirais un cadeau de la vie.

A quelqu'un qui déboute , je ne peux que conseiller de se faire guider par celles ou ceux qui font déjà du vélo et qui peuvent nous suivre dans certaines démarches, par exemple comment choisir la typologie de son vélo, la qualité de ses vêtements et la tenue plus adapte. Mais aussi de se lancer dans des aventures pas encore explorées , car le vélo peut nous emmener bien au delà de nos limites apparentes.

Si parfois le cyclisme est vu sous une connotation très masculine, j'ai pu rencontrer une panoplie de femmes exceptionnelles qui m'inspirent chaque jour avec leur force, leur puissance , leur esprit d'aller loin et de vivre la vie avec passion . Grace à elles, je suis de plus en plus convaincue qu'une communauté cycliste au féminin à Paris peut vraiment faire rayonner cette ville lumière.

Autres femmes en vélo

Eleonore

Eleonore

Victoire

Victoire