Aller au contenu

Angèle.

3 min
Angèle et son vélo Trek. Paris, France. 2023. © Nicola Fioravanti

Je m’appelle Angèle, j’ai 22 ans et je suis originaire de Montpellier.
Je me suis installée à Paris en 2021 afin de poursuivre mes études et actuellement je suis en dernière année de mon Master à Sciences Po Paris.

J’ai commencé à faire du vélo suite au premier confinement, pendant l’été 2020.
Je souhaitais avoir un moyen de m'échapper de la ville et de découvrir ma région d'enfance, tandis que j'étais coincée tout l'été avec un job saisonnier. J'ai acheté mon premier vélo de route en aluminium pour une pratique vraiment de loisir et depuis, il est devenu ma passion.
Au tout début , j'ai commencé par le vélo de route mais, très vite, j'ai eu envie d'explorer de nouveaux horizons en pleine nature et sans me faire embêter par les automobilistes.

Passionnée d'aventures sportives et outdoor, mon truc c'est le bikepacking et le gravel ! Pour les voyages, les micro-aventures, les sorties le weekend et pour me déplacer dans la capitale.
Quelques mois après avoir commencé le vélo, en 2021, je suis partie voyager à vélo deux mois seule dans le cadre du SAORSA PROJECT.
Après 2500 km, de Montpellier jusqu'en Écosse, j'ai réalisé que j'avais atteint un sentiment de liberté incomparable. Cette expérience m'a changée et elle ne cesse de se révéler depuis. Le voyage seule en bikepacking a provoqué des rencontres improbables, certaines inoubliables. Le sentiment de liberté, ensuite l'émerveillement de petites choses simples que l'on ne distingue plus et que l'on ne sait plus apprécier dans notre quotidien à mille à l'heure !
La fierté/la satisfaction : arriver en haut d'un col, rouler ses premiers 100 kilomètres, atteindre la destination d'un voyage, finir une course...
En trois mots: partage, liberté et fun.

Grâce à ces expériences, j'ai bien plus confiance en moi et aux capacités de mon corps. Je me suis détachée de ce que les autres peuvent penser de moi. C'est mon plus bel accomplissement grâce au vélo. J'ai également forgé mon mental à endurer, surmonter les obstacles, trouver des solutions.
Et j’ai appris à faire confiance à mon instinct. D’ailleurs, j’ai pu ouvrir les yeux sur la bienveillance des autres, la beauté de la nature, la diversité des territoires en France. Ayant roulé des milliers de kilomètres partout en France depuis, j'ai un regard beaucoup plus réaliste sur notre pays.

Si tu as envie de commencer, fais-toi confiance et lance-toi sans trop te poser de questions. Tu ne sais absolument pas où cette aventure te mènera et ça c'est génial quand tu y repenses quelques années plus tard. Ça commence par un petit tour à vélo autour de chez toi et ça pourrait bien continuer par une aventure, une rencontre, un voyage, une course etc. Tu peux aussi contacter un groupe ou une agence de voyage pour commencer, c'est rassurant au début.
Ne te brides pas de commencer si tu ne sais pas changer une chambre à air ou réparer un vélo.
Tu trouveras toujours un coup de main ou une solution (et je parle d'expérience, je suis partie en voyage en ne sachant à peine ces choses basiques).

N'aies pas honte de ne faire que quelques kilomètres au début. On progresse vite et ce sera toujours plus que la plupart des gens, donc pas de comparaison !
Le vélo ouvre un champ des possibles infini mais quand on commence on ne le mesure pas forcément. Aujourd'hui, il m'a permis de trouver mes stages, de me faire des amies avec qui je partage ma passion, de découvrir des villages où je n'aurais sûrement jamais mis les pieds et bien d'autres choses encore.

En tant que femme, nous avons un boulevard devant nous pour nous exprimer, nous affirmer, nous encourager, nous motiver et nous émanciper grâce à la pratique du vélo, quelle qu'elle soit.

Autres femmes en vélo

Eleonore

Eleonore

Victoire

Victoire